«

»

Aug 09

100e anniversaire de la signature du traité de Sèvres à expirer, 10 août 2020

Le traité de paix de Sèvres est l’un des traités du système Versailles-Washington, signé d’une part par les États alliés, et d’autre part: Allemagne (Versailles, 1919), Autriche (Saint-Germain, 1919), Bulgarie (Neuilly-sur-Seine, 1919), la Hongrie (Trianon, 1920) et l’Empire ottoman (Sévres, 1920)

Dans le traité de Sèvres, nous nous intéressons aux articles relatifs à l’Arménie (section 6, 88-93) et au Kurdistan (section 3, 62-64). (1)

Ainsi que la question que, dans le traité de Sèvres, en fait.

Toutes les décisions prises préalablement à la Conférence de paix de Paris et les principes de leur mise en œuvre sont fixes.

Y compris la reconnaissance “de facto” de l’indépendance de l’Arménie le 19 janvier 1920 (2) et “de jure” le 11 mai 1920 (3), Le principe de démarcation entre l’Arménie et la République d’Azerbaïdjan, 24 février 1920 (4), sentence arbitrale sur la frontière Arménie et Turquie, 22 novembre 1920 (5) et autres décisions

L’article 88 du traité, par exemple, fait référence à la reconnaissance de l’indépendance de l’Arménie: “La Turquie déclare qu’elle reconnaît l’Arménie comme les puissances alliées l’ont déjà fait, en tant qu’État libre et indépendant”.

Rappelons qu’en réponse aux demandes de la délégation arménienne unie, le Conseil suprême des alliés a adopté le 19 janvier 1920 la décision suivante et, de ce fait, a reconnu de facto l’État arménien:

  1. Le gouvernement de l’État arménien est reconnu, en tant que gouvernement,

  2. Cette décision ne prédétermine pas la question des frontières de lÉtat arménien.

L’article 89 est consacré à la sentence arbitrale du président américain Woodrow Wilson: “La Turquie et l’Arménie, ainsi que d’autres hautes parties contractantes, conviennent de soumettre à la sentence arbitrale du président des États-Unis d’Amérique la définition de la frontière entre la Turquie et l’Arménie dans les vilayets d’Erzurum, Trébizonde, Van et Bitlis et prendre sa décision, ainsi que toutes mesures qu’il pourra prescrire concernant l’accès de l’Arménie à la mer et la démilitarisation de tout territoire ottoman adjacent à ladite frontière”․

Le 28e président des États-Unis, Woodrow Wilson, a rendu une sentence arbitrale le 22 novembre 1920, intitulé la décision du président “des États-Unis d’Amérique à la frontière entre la Turquie et l’Arménie, sur l’accès à la mer pour l’Arménie, et la démilitarisation du territoire turc adjacent à la frontière arménienne”.

L’article 90 traite de la question de la démilitarisation du territoire et des territoires adjacents par la sentence arbitrale du président Wilson: “Dans le cas où tout le territoire ou une partie des vilayets mentionnés est remis à l’Arménie lors de la détermination de la frontière conformément à l’article 89, la Turquie déclare déjà aujourd’hui qu’à compter du jour de la décision, elle renonce à tous les droits et bases juridiques sur le territoire cédé. Désormais, les décisions de cet accord, qui s’appliqueront aux territoires séparés de la Turquie, s’appliqueront également à ce territoire”.

Rappelons la dernière partie du nom de la sentence arbitrale “et sur la démilitarisation du territoire turc adjacent à la frontière arménienne”.

L’article 91 prévoit l’application pratique de la peine arbitrale Wilson et expose également la question de la démarcation des frontières indiquées sur place, conformément à la peine arbitrale: “si une partie du territoire mentionné à l’article 89 est remise à l’Arménie, un comité des frontières, dont la composition sera déterminée ultérieurement, sera instituée dans les trois mois suivants, lorsque la décision d’établir une frontière entre l’Arménie et la Turquie envisagée dans l’article mentionné a déjà été prise”.

L’article 92 fait référence aux frontières de l’Arménie avec ses voisins, les frontières de l’Arménie avec l’Azerbaïdjan et la Géorgie seront déterminées par accord direct des pays intéressés: “Au cas où les pays intéressés ne parviendraient pas à s’entendre sur les limites à la date de la décision visée à l’article 89, la frontière en question sera déterminée par les puissances alliées, qui effectueront également la démarcation sur place”.

L’article fixe la résolution de la commission spéciale sur les frontières de l’Arménie de l’Assemblée de paix de Paris rapport déposé le 24 février 1920, la proposition qui clarifie les principes de démarcation: “En ce qui concerne la frontière entre l’Arménie et la Géorgie, ainsi que la frontière avec l’Azerbaïdjan, la Commission estime qu’il est actuellement préférable d’attendre les résultats de l’accord sur la clarification des frontières susmentionnées, dont les trois républiques concluront des accords.

Dans le cas où ces républiques ne parviendraient pas à un accord sur leurs frontières, la question devrait être renvoyée à l’arbitrage de la Société des Nations, qui créera une commission interalliée pour déterminer les frontières susmentionnées sur place, en prenant compte, en principe des données ethnographiques”.

L’article 93 traite des droits et du transit des minorités en Arménie: “L’Arménie accepte, en acceptant d’inclure dans le traité avec les puissances générales, les décisions que les puissances jugeront nécessaires pour protéger les intérêts du peuple arménien qui diffère de la majorité de la population en matière de race, de langue et de religion. L’Arménie convient également avec les puissances générales d’inclure dans le traité les décisions qu’elles jugent nécessaires pour protéger la liberté de transit et les accords commerciaux équitables des autres nations”.

Il s’agit de l’intégralité des articles du Traité de paix de Sèvres concernant l’Arménie, qui, comme vous l’avez remarqué, sont consacrés en 1919-1920. Toutes les décisions prises concernant l’Arménie au cours de l’année et les principes et mécanismes pratiques de leur mise en œuvre.

Le traité de Sèvres sur le Kurdistan contient trois articles 62, 63 et 64. Ils se réfèrent à l’autonomie du Kurdistan, plus tard, pour faire présenter la demander l’indépendance. Les frontières de l’autonomie, qui atteignent la frontière de l’Arménie prévue par la sentence arbitrale, sont décrites en détail au nord-ouest.

À partir des faits présentés, nous pouvons conclure, que toutes les insistances, “que le traité de Sèvres n’a pas été ratifié, ce n’est donc pas un document valide mais un autre․․․”, ne correspondent pas à la réalité, pour plusieurs raisons․

  1. a) Les frontières actuelles de l’Europe et du Moyen-Orient ont été tracées conformément aux traités du système Versailles-Washington (y compris le traité de Sèvres). Et si le traité de Sèvres n’est pas valide, donc la zone désignation de frontières actuelles des États de la région ne sont pas légales.

  2. b) Le traité de Sèvres n’est pas un document distinct, Il contient toutes les décisions prises avant sa signature. Autrement dit, les articles du Traité de Sèvres et toutes les décisions prises à la Conférence de paix de Paris en 1919-1920 sont étroitement liés, et c’est pourquoi, qu’ils se répètent souvent.

Les articles du traité Sever ont été principalement mis en vie, Il a été mis en œuvre.

Les exceptions sont les articles sur l’Arménie et le Kurdistan, qui doivent également être concrétisés et mis en œuvre.

Parce que la question que nous posons souvent est juste, qu’il est impossible d’établir la justice au Moyen-Orient, une paix stable, et longe durable pour toutes les nations et tous les États de la région, sans le traité de Sèvres sans l’application et la mise en œuvre des articles sur l’Arménie et le Kurdistan. (6)

Armen Ter-Sarkisyan

Président de l’Assemblée Nationale (Parlement) de l’Arménie Occidentale

10 août 2020

—————–

Ծանոթագրություն

  1. Սեւրի խաղաղության պայմանագրի Հայաստանին վերաբերող հոդվածները տես, Ջոն Կիրակոսյան, Ռուբեն Սահակյան, «Հայաստանը միջազգային դիվանագիտության եւ արտաքին քաղաքականության փաստաթղթերում՝ 1828-1923 թթ.», «Հայաստան» հրտ., Երեւան, 1972, էջ 672:

  2. Հայաստան պետության անկախության «դե ֆակտո» ճանաչման 100-ամյակի կապակցությամբ (19.01.2020) – http://citizenship-western-armenia.info/archives/2112

  3. Դաշնակից Տերությունների Գերագույն Խորհրդի կողմից Հայաստան պետության անկախության «դե յուրե» ճանաչման 100-ամյակի կապակցությամբ (11․05․2020) – https://miaban.ru/info/wa/11-5-2020_hy/

  4. Հայաստանի եւ Ադրբեջանի Հանրապետության միջեւ սահմանի վերաբերյալ որոշումը կայացվել է դեռեւս 1920 թվականին, (01.2020) – http://parliament-wa.info/hy/archives/12693

  5. Արեւմտյան Հայաստանի Հանրապետությունը (Հայաստան) դիմել է ՄԱԿ՝ ԱՄՆ 28–րդ նախագահ Վուդրո Վիլսոնի 1920 թ. նոյեմբերի 22–ին կայացրած Իրավարար վճիռը կյանքի կոչելու եւ իրականացնելու վերաբերյալ (29.05.2018) – http://lousavor-avedis.org/?p=17697

  6. Տես, Եկել է հայերի պարտքը վերադարձնելու ժամանակը, Նաիրա Հայրումյան, Lragir.am, 11.2017:

Please follow and like us:

Enjoy this blog? Please spread the word :)